L’autorité politique ne doit pas être chargée de décréter la vérité.

C’est aux citoyens de faire usage de leur raison, d’identifier et argumenter contre les tentatives de manipulations.

La pression politique pour une vérité officielle est à la fois illégitime. Elle est inefficace et elle est dangereuse, y compris pour des articles non manipulateurs, identifiés à tort par des algorithmes ou des équipes anonymes préférant le risque zéro.

L’UE se positionne ainsi comme un adversaire de la liberté d’expression.

« Sur le papier, l’avancée de la lutte contre les « fake news » a tout d’une bonne nouvelle, alors qu’un front comptant plusieurs géants du Web, dont Facebook et Mozilla, s’organise dans le même temps pour trouver la parade contre ces manipulations, comme 20 Minutes le rapportait il y a quelques jours. »

http://m.20minutes.fr/amp/a/2126487

admin