Après 48h, la procédure pour reprendre une maison occupée par des squatteurs devient extrêmement longue, de 5 à 7 mois. Des petits propriétaires se retrouvent ainsi à la porte de chez eux ou d’une résidence secondaire et font face à un labyrinthe juridique pour faire respecter leur droit de propriété ouvertement violé à la vue de tous.

Cet article de loi du 9 juillet 1991 sous le gouvernement d’Edith Cresson (PS), n’a jamais été abolie par les majorités successives.

« Ces septuagénaires ont eu la mauvaise surprise de retrouver leur maison annexe, à Nantes, occupée par une dizaine de personnes. Sur la porte, ces derniers mettent en garde qui voudrait entrer. »

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/des-retraites-nantais-deloges-par-des-squatteurs-5199005/amp

admin